Pour bien comprendre les emojis

Merci à tous les premiers signataires de la pétition pour l’adoption d’un emoji drapeau breton. Nous avons commencé à recevoir quelques questions. Alors, voici quelques compléments d’information pour mieux comprendre notre projet.

Combien y a-t-il d’emojis ?

Avec 157 nouveaux emojis introduits en 2018, il y en a actuellement 2823. Côté drapeau, l’Ecosse 🏴󠁧󠁢󠁳󠁣󠁴󠁿, le Pays de Galles 🏴󠁧󠁢󠁷󠁬󠁳󠁿 et l’Angleterre 🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿 ont obtenu le leur en 2017.

En France, tous les territoires et départements d’outre-mer l’ont également : 🇨🇵 Clipperton, 🇬🇵 Guadeloupe, 🇬🇫Guyanne, 🇷🇪 La Réunion, 🇲🇶 Martinique, 🇳🇨 Nouvelle Calédonie, 🇵🇫 Polynésie française, 🇧🇱 Saint Barthélemy, 🇲🇫Saint Martin, 🇵🇲 Saint Pierre et Miquelon, 🇹🇫 Terres Australes Françaises, 🇼🇫 Wallis & Futuna.

Alors pourquoi pas un emoji pour la Bretagne ?

Comment on crée un emoji drapeau breton ?

C’est une décision du consortium Unicode, organisation qui standardise l’encodage des textes en informatique. La règle pour les drapeaux est définie par le standard technique Unicode #51.  Ainsi le code pour notre Gwenn Ha Du existe déjà : 🏴frbre. Toutes les plateformes pourraient donc déjà ajouter le drapeau breton.

Décomposition du code de l'emoji drapeau breton
Décomposition du code de l’emoji drapeau breton

Mais voilà, les plateformes attendent, à quelques exceptions près, la recommandation de l’Unicode. Elles publient en effet chaque année une nouvelle liste d’emoji à ajouter. C’est une recommandation. On parle alors de statut RGI (Recommanded for General Interchange) pour ces emojis. Notre campagne a donc pour finalité d’obtenir ce statut d’emoji RGI. Ce sera en effet la garantie de le voir sur toutes les plateformes, quel que soit l’appareil ou le logiciel.

Pourquoi avons nous besoin du soutien des GAFA ?

Unicode est principalement un consortium d’entreprises informatiques qui gèrent du traitement de texte. Les GAFA et autres poids lourds de l’économie numérique sont les membres les influents de l’organisation.  Ce sont en effet ces entreprises qui votent au sein de l’Unicode. Ainsi, lors de l’examen de la précédente candidature de l’emoji drapeau breton, le motif du rejet était une absence de soutien de leur part. Nous devons donc leur démontrer qu’il y a bien une demande et une forte attente chez leurs clients et utilisateurs.